Ce sont les livres pour ceux qui cherchent à lire le Race Et Histoire, à lire ou à télécharger des livres Pdf / ePub et certains auteurs peuvent avoir désactivé la lecture en direct. Vérifiez le livre s'il est disponible pour votre pays et si l'utilisateur déjà abonné aura accès à tous les livres gratuits de la bibliothèque.

Race et histoire

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Race et histoire by Claude Lévi-Strauss Book Summary:

Poche, soulignements au crayon gris, mouillures sur la couverture.

Race et histoire

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Race et histoire by Claude Lévi-Strauss Book Summary:

Dans ce petit opuscule, rédigé en 1952, Claude Lévi-Strauss qui n'est pas encore un anthropologue renommé, nous livre sa conception du fait culturel. Sans polémiquer, le texte renverse bon nombre d'idées reçues : l'illusion ethnocentrique selon laquelle l'humanité s'arrête aux portes de sa propre culture est partagée par "tous" les peuples ; l'idée de sociétés "primitives" suppose la croyance naïve en un progrès général de l'humanité au nom duquel certaines civilisations sont jugées en avance sur d'autres. Quant à la notion de race, contestée par la biologie génétique, elle n'a pas davantage de pertinence pour l'anthropologue qui raisonne sur des cultures qui ne sont jamais homogènes du point de vue ethnique. Ce que l'auteur remet finalement en question, à travers ces quelques pages, c'est le discours humaniste de l'essence humaine. Pour l'anthropologue, il n'y a pas "une" humanité mais "des" peuples, qui n'existent que par les diversités qui les distinguent. Une belle leçon de relativisme culturel. --Emilio Balturi

Race et histoire, race et culture

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Race et histoire, race et culture by Claude Lévi-Strauss Book Summary:

"Ce fut un assez joli scandale" : c'est en ces termes que Claude Lévi-Strauss commente la réception mouvementée du texte de sa conférence, Race et culture, commandée en 1971 par l'Unesco à l'occasion d'une Année internationale de lutte contre le racisme. On attendait de lui qu'il reproduise les analyses développées, en 1952, dans Race et histoire et fondées sur le principe fondamental de la connaissance ethnologique : la relativité des cultures et l'impossibilité d'établir entre elles une quelconque hiérarchie. Mais Lévi-Strauss n'aime pas se répéter. Et surtout, il ne voulut pas cautionner le catéchisme moral qui, au prix d'une dangereuse confusion, dénonce comme raciste tout propos ou attitude consistant à manifester une préférence pour la culture à laquelle on appartient. Or le racisme, doctrine qui enracine les particularités intellectuelles et morales dans le patrimoine génétique d'une supposée race, n'est pas l'ethnocentrisme, naïf sentiment de supériorité qui accompagne toute culture. Tout le péché de la conférence de 1971 consistait donc à ne pas faire allégeance à l'idéologie multiculturaliste dont l'auteur, vingt ans plus tôt, pointait pourtant déjà les dangers : car si les cultures renoncent à faire valoir leurs différences au nom du principe de l'égalité des hommes, elles risquent fort de s'engager sur la voie appauvrissante d'une civilisation mondiale homogène. Deux textes historiques donc, qui aideront à éclaircir un débat où les bons sentiments éclipsent souvent la rigueur intellectuelle. --Emilio Balturi

Le chat de race et son histoire (French Edition)

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Le chat de race et son histoire (French Edition) by Didier Hallépée Book Summary:

Avec l’invention de l’agriculture, l’homme quitte l’état nomade pour devenir sédentaire. Mais en même temps, il attire les rongeurs et avec eux les chats. C’est avec l’invention du silo à grains que commence la domestication du chat en Egypte, il y a environ 4 000 ans. Lassé de son statut de divinité, le mau égyptien a quitté les terres de ses ancêtres pour conquérir le monde. Chats des rues et chats de race, tous sont ses dignes héritiers. C’est l’histoire des plus beaux des enfants du chat mau égyptien, les chats de race, que vous retrouverez dans ce livre. Et pour les plus passionnés, vous trouverez en annexe quelques éléments de génétique féline qui vous permettront de comprendre la varité des couleurs qu’arbore la robe du chat. Sa formation polytechnicienne ne le destinait pas à la vie féline. La découverte du plus noble des chats, le chat de maison, a finalement conduit Didier HALLÉPÉE sur les chemins de l’élevage. Sa passion pour le mau égyptien ne l’a pas empêché de côtoyer et apprécier toutes ses races plus belles les unes que les autres. C’est cette passion qu’il nous fait partager aujourd’hui.

Le chat de race et son histoire (French Edition)

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Le chat de race et son histoire (French Edition) by Didier Hallépée Book Summary:

Avec l’invention de l’agriculture, l’homme quitte l’état nomade pour devenir sédentaire. Mais en même temps, il attire les rongeurs et avec eux les chats. C’est avec l’invention du silo à grains que commence la domestication du chat en Egypte, il y a environ 4 000 ans.Lassé de son statut de divinité, le mau égyptien a quitté les terres de ses ancêtres pour conquérir le monde. Chats des rues et chats de race, tous sont ses dignes héritiers.C’est l’histoire des plus beaux des enfants du chat mau égyptien, les chats de race, que vous retrouverez dans ce livre.Et pour les plus passionnés, vous trouverez en annexe quelques éléments de génétique féline qui vous permettront de comprendre la varité des couleurs qu’arbore la robe du chat. Sa formation polytechnicienne ne le destinait pas à la vie féline. La découverte du plus noble des chats, le chat de maison, a finalement conduit Didier HALLÉPÉE sur les chemins de l’élevage. Sa passion pour le mau égyptien ne l’a pas empêché de côtoyer et apprécier toutes ses races plus belles les unes que les autres.C’est cette passion qu’il nous fait partager aujourd’hui.

Race et milieu social: essais d'anthroposociologie (Histoire) (French Edition)

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Race et milieu social: essais d'anthroposociologie (Histoire) (French Edition) by VACHER DE LAPOUGE-G Book Summary:

Race et milieu social: essais d'anthroposociologie / par Vacher de LapougeDate de l'edition originale: 1909Sujet de l'ouvrage: Groupes ethniquesPopulationCollection: Systemes et faits sociauxCe livre est la reproduction fidele d'une oeuvre publiee avant 1920 et fait partie d'une collection de livres reimprimes a la demande editee par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliotheque nationale de France, offrant l'opportunite d'acceder a des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.Les oeuvres faisant partie de cette collection ont ete numerisees par la BnF et sont presentes sur Gallica, sa bibliotheque numerique.En entreprenant de redonner vie a ces ouvrages au travers d'une collection de livres reimprimes a la demande, nous leur donnons la possibilite de rencontrer un public elargi et participons a la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.Nous avons cherche a concilier la reproduction fidele d'un livre ancien a partir de sa version numerisee avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous esperons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entiere satisfaction.Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Darwin et les Théories transformistes ; l’espèce et la race : Histoire naturelle générale

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Darwin et les Théories transformistes ; l’espèce et la race : Histoire naturelle générale by Armand de Quatrefages Book Summary:

Extrait :M. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, après avoir comparé dans les moindres détails les doctrines émises relativement à l’espèce depuis Linné et Buffon par les botanistes et les zoologistes les plus éminens [1], résume sa remarquable discussion en des termes qui, dans la bouche du fils d’Étienne Geoffroy, ont une importance qu’on ne saurait méconnaître, une signification trop souvent oubliée. « Telle est l’espèce et telle est la race, dit-il, non-seulement pour une des écoles entre lesquelles se partagent les naturalistes, mais pour toutes, car la gravité de leurs dissentimens sur l’origine et les phases antérieures de l’existence des espèces ne les empêche pas de procéder toutes de même à la distinction et à la détermination de l’espèce et de la race. Tant qu’il s’agit seulement de l’état actuel des êtres organisés (accord d’autant plus digne de remarque qu’il n’existe guère qu’ici), tous les naturalistes pensent de même, ou du moins agissent comme s’ils pensaient de même [2]. » Ces paroles posent nettement la question, et renferment un grave enseignement. Elles nous rappellent que souvent il y a pour ainsi dire deux hommes dans le même naturaliste, selon qu’il étudie le monde organique avec la seule intention de le connaître tel qu’il est, ou qu’il s’efforce d’en scruter les origines pour l’expliquer. Elles nous apprennent que les écoles existent seulement lorsqu’on se place en dehors des temps et des lieux accessibles à l’observation, qu’elles s’effacent dès qu’on rentre dans la réalité. Alors, « de Cuvier à Lamarck lui-même, il n’y a plus qu’une manière de concevoir l’espèce [3]. » C’est que les faits s’imposent aux esprits les plus prévenus ; en présence de ce qui est, il n’est pas possible d’arguer de ce qui pourrait être. Or, à moins de supposer dans les lois générales du monde organique des changemens que rien n’indique, il faut bien admettre que les choses se sont passées autrefois comme elles se passent aujourd’hui, et par conséquent que l’espèce et la race sont de nos jours ce qu’elles ont toujours été. Pour savoir ce que sont ces deux choses telles que les ont comprises Linné comme Buffon, Cuvier aussi bien que Geoffroy Saint-Hilaire et Lamarck, interrogeons donc le présent. Lui seul peut nous éclairer quelque peu sur le passé. Comme j’ai du reste abordé cette question ici même avec détail [4], je serai bref, et insisterai seulement sur quelques considérations nées des dernières controverses auxquelles ont donné lieu quelques faits récemment acquis.I.D’après M. Büchner, qui reproduit ici une opinion exprimée par un éminent professeur de Heidelberg, G. Bronn, « l’idée d’espèce ne nous est pas donnée par la nature même. » S’il en était ainsi, on ne trouverait pas un si grand nombre d’espèces portant des noms particuliers chez les peuples les plus sauvages et chez nos populations les plus illettrées. La notion générale de l’espèce est au contraire une de celles qu’on ne peut pas ne point avoir, pour peu que l’on regarde autour de soi. La difficulté est de la formuler nettement, de lui donner la précision scientifique, et cette difficulté est très réelle. Elle tient à ce que l’idée générale repose sur deux ordres de faits de nature fort différente et qui semblent assez souvent être en désaccord. Présentez au premier paysan venu deux animaux entièrement semblables, sans hésiter il les déclarera de même espèce. Demandez-lui si les petits d’un animal quelconque sont de même espèce que ses père et mère, il répondra oui à coup sûr. L’immense majorité des naturalistes pense et parle au fond comme le paysan. Un bien petit nombre seulement n’a vu avec Flourens que le côté physiologique de la question ; d’autres, un peu plus nombreux, entraînés par les habitudes ou forcés par la nature de leurs travaux à ne voir que la forme, se sont placés exclusivement au point de vue morphologique, et parmi eux nous rencontrons quelques paléontologistes ou géologues justement célèbres. Quant aux naturalistes ...

Histoire naturelle générale — Origines des espèces animales et végétales: IV — Darwin et les théories transformistes, l’espèce et la race

Race Et Histoire [Pdf/ePub] eBook

Histoire naturelle générale — Origines des espèces animales et végétales: IV — Darwin et les théories transformistes, l’espèce et la race by Armand de Quatrefages Book Summary:

M. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, après avoir comparé dans les moindres détails les doctrines émises relativement à l’espèce depuis Linné et Buffon par les botanistes et les zoologistes les plus éminens [1], résume sa remarquable discussion en des termes qui, dans la bouche du fils d’Étienne Geoffroy, ont une importance qu’on ne saurait méconnaître, une signification trop souvent oubliée. « Telle est l’espèce et telle est la race, dit-il, non-seulement pour une des écoles entre lesquelles se partagent les naturalistes, mais pour toutes, car la gravité de leurs dissentimens sur l’origine et les phases antérieures de l’existence des espèces ne les empêche pas de procéder toutes de même à la distinction et à la détermination de l’espèce et de la race. Tant qu’il s’agit seulement de l’état actuel des êtres organisés (accord d’autant plus digne de remarque qu’il n’existe guère qu’ici), tous les naturalistes pensent de même, ou du moins agissent comme s’ils pensaient de même [2]. » Ces paroles posent nettement la question, et renferment un grave enseignement. Elles nous rappellent que souvent il y a pour ainsi dire deux hommes dans le même naturaliste, selon qu’il étudie le monde organique avec la seule intention de le connaître tel qu’il est, ou qu’il s’efforce d’en scruter les origines pour l’expliquer. Elles nous apprennent que les écoles existent seulement lorsqu’on se place en dehors des temps et des lieux accessibles à l’observation, qu’elles s’effacent dès qu’on rentre dans la réalité.